Zawaj dans l'Islam: ce qui est halal et haram

Mariage dans l'Islam

Les propositons interdites pour le mariage

Il est haram pour un musulman de proposer à une femme divorcée ou veuve au cours de sa «Viduité (c'est-à-la période d'attente au cours de laquelle elle n'est pas autorisée à se remarier), cette période d'attente fait partie du mariage précédent et ne peut être violé. Bien que l'on peut, pendant cette période, transmettre son désir de se marier par le biais des conseils indirects ou suggestions, il ne peut pas être fait par le biais d'une proposition explicite.

Il est également interdit de proposer le mariage à une femme qui est déjà fiancée à un musulman frère; celui dont la proposition a déjà été acceptée qui a acquis un droit qui doit être sauvegardée en tenant compte de l'écart d'acquisition et d'affection entre les gens, surtout parmi ses frères musulmans. Toutefois, si le premier prétendant met fin à son fiançailles ou donne au deuxième prétendant sa permission, il n'y a pas de mal. Mouslim a rapporté que le Messager d'Allah (la paix soit sur lui) a dit, "Un croyant est un frère à un autre croyant. Il n'est donc pas licite pour lui de surenchérir son frère dans l'achat de quelque chose ou de proposer à une femme le mariage quand son frère l'a fait, à moins qu'il ne lui donne la permission.

Mariages interdit en raison de fosterage :

(Le Fosterage est une pratique sociale consistant à confier durablement un enfant à un membre de la parentèle pour son éducation)

La mère nourricière: Il est haram pour un musulman d'épouser une femme qu'il a tété au cours de son enfance, l'allaitement fait d'elle, comme sa vraie mère, car le lait est entré dans la fabrication de sa chair et les os. Cette pratique, consciemment ou inconsciemment produit des sentiments de la maternité chez une femme et de la parenté chez un enfant, et bien que ces sentiments pourrait sembler disparaître et que l'enfant grandit et devient un homme, ils restent cachés dans l'inconscient. Une autre condition est que l'enfant a tété à sa faim à cinq reprises, et lorsque l'enfant quitte l'allaitement de son propre gré.

Tout comme une femme devient mère à un enfant en vertu de l'allaitement, ses filles deviennent ses sœurs, ses sœurs et ses tantes, etc.

Sœurs en tant que co-épouses :

(14) Par opposition à la pratique de la période de jahiliyyah, l'Islam interdit de prendre deux sœurs en tant que co-épouses en même temps, parce que le sentiment d'amour entre sœurs serait détruit si une soeur est devenu le co-épouse du mari même.

Article sur sur le Mariage dans l'Islam: ce qui est halal et haram

Pour lire l'article au complet en anglais, suivez ce lien SVP

Facebook Comments Box

Commentaires

Portrait de Anonymous
Anonymous (non vérifié)

Ana karima ana min rilizane je chercher un homme célibataire ana Omri 42 ana ourid zawaj halal répondre moi